L’ALCHIMIE

"Si tu cherches à faire de l'or tu n'en trouveras pas, et si tu y arrives tu n'en auras plus besoin"

 

 

L’ALCHIMIE, LÉGENDE OU RÉALITÉ ?

Issue de textes Sumériens (dernière trace à notre connaissance), reconnue à partir de l’Égypte ancienne et de la Grèce antique. Puis en Chine, en Israël, en Arabie, en Inde et en Occident, cette pratique le "grand œuvre" ou "le Grand Art" ré-apparaît au moyen-âge. La rosace de la cathédrale “Notre Dame” de Paris et les abords de sa porte royale témoignent d'une étroite collaboration entre alchimistes, tailleurs de pierre et maîtres verrier.

 

Pourquoi le Grand Œuvre ?

Parce que celui-ci contient les trois œuvres à l'élévation spirituelle soient, l'œuvre au noir qui évoque la voie sèche dont la décomposition de la matière, la dissolution de l'épais (l'égo). L'œuvre au blanc évoque la recomposition de la matière (pureté) par la voie humide et l'œuvre au rouge plus connue sous le nom de voie royale qui est la finalité, l'aboutissement, l'illumination (la pierre philosophale).

Le Grand œuvre est transmis de bouche à oreille par une langue codée à partir d'illustrations et de symboles. Cette langue appelée la langue des oiseaux a pour but d’expliquer le moyen de transmuter les 7 métaux jusqu'à l'or qui est la dernière couche. Ou plutôt en lumière, si l’on en croit le mot אור (aor) en hébreu, langue essentielle à l’alchimiste averti. Ce qui amène à penser que son chemin n’est pas de trouver de l’or mais la pierre philosophale (la Grâce). Ceci en opérant parallèlement durant des années voire toute sa vie sur la matière et son esprit.

Jean-Jacques Dejeunes, photographe Galerie Actualités Préambule Biographie Crédits Alchimie, Mutus Liber 1677 - Jean-Jacques Dejeunes (photographe)

 

Une transmission qui se perd
Étrangement nous retrouvons, entre autres, ces trois couleurs sur certains personnages de Walt Disney comme blanche neige dont les cheveux sont noir comme l’ébène, la peu blanche comme la neige et les lèvres rouge sang. Ainsi que ses joyeux compagnons les 7 nains dont le caractère de chacun fait référence chacun des sept métaux et à leur planète d'origine. Mais encore les comptes et comptines lesquels, parfois sans aucun sens, nous ont bercé durant notre enfance. Je fais là allusions à la souris verte ou bien au clair de la lune et j'en passe.

 

Des trésors subtiles
Nous restaurons notre patrimoine afin de garder la mémoire et le savoir-faire des anciens. Nous sommes encore loin d'imaginer que ce qu’ils nous ont légué est avant tout, avec le plus grand altruisme, des connaissances nous permettant de trouver la paix intérieur. En éliminant successivement les couches de nôtre âme (croyances et schémas) qui obstruent le passage entre Nous et la Lumière. Sept couches qui nous rappellent curieusement les sept chakras ou encore les sept nains évoqué plus haut.

 

V.I.T.R.I.O.L.

Inspiré par un alchimiste, dont la conférence m'a fait écho, j’ai choisi de transmettre à travers le “Portail Alchimique” la curiosité d’un univers où vitriol* n’est en rien le nom d’un acide mais d’un chemin à la découverte de Soi dont l’aboutissement est de vivre en harmonie avec nous même, nos semblables et le monde qui nous entoure. 

* VISITA INTERIORA TERRÆ RECTIFICANDOQ INVENIES OCCULTUM LAPIDEM

1) Visite l’intérieur de la terre et en rectifiant tu trouveras la pierre caché
2) Visite l’intérieur de toi-même et en te rendant juste tu trouveras la pierre philosophale (L'illumination)