Epernon 2012

Quand la Lumière transmet la vie

L’Echo républicain dimanche 8 janvier 2012

Frédéric Troisième, maître verrier, est revenu au temps des cathédrales.

IMG_3397 (2)

Ce n’est pas un hasard si, pour accéder à l’atelier de Frédéric Troisième, vitralliste artiste peintre, il faut s’aventurer dans une des rues les plus anciennes d’Epernon. En gravissant les marches Saint-Pierre qui mène à l’église, chacun, pour peu qu’il est un peu d’imagination, pourrait bien vite oublier le XXIe siècle et opérer une marche arrière d’au moins six cents ans. Arrivé aux 11 rue Saint-Pierre le doute n’est plus permis ! Nous voici au Moyen Âge au temps des bâtisseurs, des forgerons et des tailleurs de pierre.

Entouré de ses œuvres, achever ou en chantier sur fond de musiatelier1que médiévale, Frédéric Troisième c’est prendre le temps de faire partager sa passion et sa vocation.
Né en 1967 à Saint-Cloud Frederic, qui a toujours eu une prédilection pour le dessin, va rentrer tout jeune dans une école d’art graphique.Pendant 12 ans il va travailler comme infographiste à Béziers puis en Espagne. « Alors que jusque-là je n’étais pas spécialement attiré par le vitrail j’ai eu un matin de février 2001 une sorte de révélation, un choc, une évidence ! Vitrail. Ce mot raisonnait en moi d’une force inouïe.» Aussitôt Frédéric Troisième s’accroche à cath5cette obsession. Quelques jours plus tard il rencontre Maria Puig, maître verrier espagnol. Dés ses premiers contacts avec les outils, le verre et le plomb, Frédéric s’aperçoit qu’il possède des prédispositions évidente dans la conception du vitrail. «C’était extraordinaire j’avais l’impression d’avoir pratiqué cet art toute ma vie. Alors je me suis lancé dans cette aventure avec foi et énergie.»

Déclic
Parmi les œuvres qui ont bouleversé Frédéric Troisième jusqu’à l’aspirer dans son propre travail, le vitrail de Saint-Eustache qui se trouve dans la cathédrale de Chartres, a dStEustOrigans le cœur de l’artiste une place toute particulière. «Tout y est représenter. Dieu, l’homme, la terre, l’animal… lorsque j’ai découvert ce vitrail, j’étais tellement en communion avec ce qu’il dégageait que j’ai immédiatement eu envie de le reproduire. Je l’ai vendu à la mairie de Rambouillet.»

Il aime prendre le surnom de Passe Lumière ;

Cette passion dévorante va bientôt l’éloigner définitivement de l’infographie. De retour en France il va s’installer à Chartres. Après avoir fréquenté le Greta pendant deux ans Frédéric ce perfectionnera dans un atelier Chartrain. C’est dans son garage à Epernon qu’il va d’abord installer son atelgarag2atelier de fortune avant de trouver un espace adéquat rue Saint-Pierre. Aujourd’hui maître verrier reconnu, membres des ateliers d’art de France Frédéric Troisième, qui aime prendre le surnom de passe lumière, poursuit sa quête.

«Je ressens cette même dévotion avec laquelle, jadis, nos aïeux manifestaient leur amour de l’être, bâtissant des monuments dont la beauté dépassé toute imagination» aime t il expliquer dans son atelier Sparnonien où la lumière vient traverser les œuvres d’art. Frédéric Troisième crée, restaure, reproduit et compose, à la manière ancestrale, des vitraux d’art ancien, contemporain, figuratifs, abstraits et floraux. Particulièrement sensible aux christianisme, Frédéric s’en inspire énormément dans ses créations. Ouvert à toute proposition il travaille aussi bien pour des architectes, des décorateurs que des particuliers.atelgarag

Frédéric Troisième propose également des stages pour tous ceux qui souhaitent s’initier au monde du vitrail. Actuellement il travail quelques jours par semaine à Versailles pour le compte d’architectes des monuments historiques de Paris. Le reste du temps il est à son atelier d’Épernon où entre l’art, la passion, la création et les rencontres, passe la plus puissante des lumières.

David Ramolet

Laisser un commentaire