VAAS (pays de la Loire) 2018

Un des trois vitraux de l'église Notre-Dame est achevé

Ouest France - Samedi 31 mars 2018 07:14 - Vaas

Vitrail Nouveau Souffle réalise depuis 2012, trois verrières de 4 mètres de haut pour le chœur de l’église Notre-Dame, à Vaas (Sarthe). Celle représentant les Évangélistes vient d’être présentée.

Depuis six ans, l’association Vitrail Nouveau Souffle travaille sur la réalisation de vitraux pour l’église abbatiale Notre-Dame de Vaas. Mais, le début du projet date de plus longtemps puisque la première étude financière remonte à 2009. L’association a, par le passé, fait ses preuves puisque cinq verrières de l’édifice religieux ont été déjà réalisées par ses soins.

« 95 % des dessins originaux conservés »

Le premier vitrail terminé, représentant les Evangélistes, sera installé au centre du chœur de l'église Notre-Dame.

« Les trois nouvelles verrières de 4 mètres de haut prendront place derrière l’autel, au centre du choeur, annonce Robert Lefort, président. Celle représentant les Évangélistes est terminée. Les deux autres, les Rois mages et la Vierge et l’enfant, sont à 30 % de leur réalisation. »

Toutes les étapes de ces vitraux, dessins, coupe du verre, peinture et montage au plomb, sont réalisées par la dizaine de bénévoles de l’association, qui se retrouve un samedi touts les quinze jours, dans l’atelier située à côté de la mairie.

Les vitsaillistes sarthois Fabien Beaumont et Frédéric Troisième ont planché sur les dessins. ces derniers ont été validés par le père Bruno Delaroche, curé de la paroisse, et par la commission d’Art sacré du diocèse du Mans. Ils ont donné leurs avis sur les dessins en eux-même et surtout sur l’iconographie. “95% des dessins originaux ont été conservés. Nous avons surtout replacé les personnages”, rassure repère Timothée Lambert, responsable de la commission d’Art sacré.

Un exercice long et difficile

Si cette phase a pris du temps, elle n’a pas été la seule à ralentir l’avancée du projet. “Cela a été un véritable chemin de croix pour avoir toutes les autorisations, entre la commune, l’évêché, l’architecte des Bâtiments de France et la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles). Nous pouvons compter sur des finances de la part de la municipalité, de particuliers ou encore d’une dotation Cantonale. L’association puise également beaucoup dans ses propres deniers”, précise Gérard Poirier, trésorier de Vitrail Nouveau Souffle.

“C’est un exercice long et difficile, mais nous tenons grâce à l’ambiance qui règne entre nous”, conclut Bernard Crosnier, membre du bureau de l’association.

Laisser un commentaire